La route où le vrai Nord commence… (suite)

(13 aout) Léger décalage pour un compte rendu de voyage.  Ce n’est pas tant l’écriture que le tri et le traitement des photos qui prend du temps.  Et puis je me suis aussi évadé quelques fois depuis ce moment.

Voici donc, la suite de mon périple nordique qui m’a conduit jusque sur les rives de la baie James, à quelques 10 kilomètres à l’ouest du bout de la route officielle qui mène à Chisasibi, qu’on peut presque qualifier de capitale crie.

Après une nuit passée à la halte de la rivière Rupert, j’ai repris la route vers le nord au rythme de l’explorateur.  Je m’arrêtais souvent pour admirer les paysages surprenants qui défilent tout au long de cette route, traversée de quelques rivières remarquables.

J’ai croisé le 52ème parallèle, mais je n’ai pas vu le 53ème…

On traverse la rivière Eastmain sur un pont qui révèle son caractère particulier seulement si l’on prend le temps de quitter la route, en suivant les indications qui nous conduisent à une halte en retrait, où un sentier nous ramène aux pieds du pont.

Depuis qu’on en a détourné le cours pour produire de l’électricité, la rivière Eastmain semble presque asséchée par endroit.

Un peu plus loin, la rivière Opinaca a subit le même sort.Sous le pont qui la traverse, elle offre tout de même à voir et à entendre de jolies cascades.

Les drumlins sont des traces du passage de la dernière glaciation. Ils émergent du paysage comme les « dos de baleine » émergent de la mer, d’où leur surnom.  On en rencontre à plusieurs endroits proches de la route.

Le lac Yasinski

L’accotement large et le peu de trafic nous permettent d’arrêter partout où on veut en bordure de la route pour explorer le paysage.  BeauBrun y figure toujours bien.

Sur les 620 kilomètres qui séparent Matagami de Radisson, il n’y a qu’un seul poste de ravitaillement pour l’essence, au kilomètre 381.  On a intérêt à calculer sa consommation avant de s’y aventurer.  Mon petit camion consomme 13l au 100 à 100 kilomètres-heure, j’avais donc suffisamment d’essence dans mon réservoir de 60l pour atteindre cet endroit lugubre, vestiges des débuts du développement de la baie James par Hydro-Québec.  Patrick Lagacé a d’ailleurs qualifié le décor de ce lieu de type « camp de concentration » dans une chronique de 2009.  Il n’avait pas tort.  Mettons qu’on a pas trop envie de s’y attarder, on se bouche le nez en faisant le plein à 1.50$ le litre.

J’ai  finalement pris 2 jours pour parcourir tranquillement les 700 kilomètres avant d’atteindre la baie James.  J’aurais très bien pu en prendre un de plus en passant une autre nuit dans une des haltes au bord d’un lac ou d’une rivière, mais j’avais aussi hâte de voir le bout de la route et je ne fût pas déçu.

Publicités

7 réflexions sur “La route où le vrai Nord commence… (suite)

  1. quelle belle route ,que de plénitude ,tu as pris les mêmes photos que moi .Beaubrun si tu veux vivre un trip semblable passes par Baie-Comeau et prends la route du Nord, la route de la Manic et rends-toi à Fermont.Arrêtes-toi à l’ancienne ville de Gagnon,il y a un camping sauvage au bord du lac Barbel.
    C,est sécuritaire, je me rends là-bas seule pour aller à la pêche sur la rivière Hart Jaune, j’y passes 2 semaines , et pour le ravitaillement en glace ,il y a le Relais Gabriel à environ 80 klm. En passant, le klm 381 est un relais de luxe en comparant avec le Relais Gabriel.

    • C’est tentant, Fermont était d’ailleurs ma destination initiale prévue en 2011, mais je me suis laissé découragé par les commentaires nombreux qui disent que l’état de la route peut être difficile pour un vieux west. Et comme je viens de le faire repeindre, je crois bien que je vais encore remettre ça à plus tard. Et toi, tu l’as fait en west? Merci pour le commentaire.

  2. Pour ma part j’ai jamais eu de problèmes car j’y vais toujours au mois de Juillet.
    Si je peux te rassurer,l’année passée ,j’y suis allée avec ma petite Accent 2 portes flambant neuve .
    J’ai acheté ma voiture le 9 Juin ,j’ai fait installer des gardes-boue et un pare-pierres .
    Mi-juillet je partais à 6 hres a.m.pour arriver au lac Barbel pour souper, installer ma tente ,mon abri à mouches qui me sert de cuisine etc….avant la noirceur.
    Le pire du chemin pour moi c’est entre Baie-Comeau et Manic 5,même si la route est asphaltée ,j’y roule seulement à 70 klm car trop sinueuse , après ,j’accélère à 90 klm et parfois 100 klm la route est tellement large.
    Je ralentis dans les courbes ou lorsque que se pointe une voiture en sens inverse.
    Ma voiture a mangé beaucoup de poussière mais rien de plus.
    C’est par hasard que je suis tombée sur ton blogue. Comme il faisait beau hier et que le salon Chasse et Pêche est en fin de semaine prochaine, je m’amusais à parcourir les rivières sur Internet.
    Dans un autre ordre d’idées ,je me suis amusée à lire tes autres commentaires.Je veux juste te dire que j’habite à St-Pierre I.O. ,et que quand j’étais jeune mes parents achetaient les produits de la Laiterie Borden mais je me rappelle de la Laiterie Cité et de la Laiterie Laval.

  3. Au sujet de Fermont ,je n’ai que parlé de l’état de la route mais pour les aimants de la nature ,ils seront bien servis avec une halte aux Monts Groulx avec ses aménagements de toutes sortes qui ont été réalisé par la Fondation les Amis des monts Groulx.
    Et aussi,les Monts Severson près de la ville de Fermont avec ses nombreux sentiers pédestres,là où se melange la taïga et la toundra comme toile de fond.
    Du côté des réalisations de l’Homme, il ya les visites gratuites guidées de Manic 5 . Fermont avec son mur écran contruit pour protéger la ville des vents du nord et dans ce bâtiment , tout y est regroupé.Restaurant, bar,boutiques ,hôtel etc…..La mine du Mont-Wright ,malheureusement ,il n’y a plus de visites guidées , faute de budget. Mais Beau-Brun avec un peu d’insistance pourrait sûrement y parvenir.
    Pour ,revenir à l’ancienne ville de Gagnon ,où il reste encore quelques vestiges .Il y a entre autre un petit cimetière d’enfants qui sont morts en bas âge et qui se trouve sur un chemin de terre envahi d’arbustres. Ces enfants ont été enterré là car c’était trop onéreux pour les parents de rapatrier les corps dans leurs villes natales etc……..Je dois vous dire que c’est très touchant,car à chaques étés ,souvent j’y retrouve des petis bouquets de fleurs fanées passage de leurs parents.

  4. Merci à BeauBrun pour son blogue ainsi qu’à à BelleHélène pour m’avoir fait découvrir le camping sauvage du Lac Barbel ainsi que les touchants fantomes de Gagnon. Je m’y arrêterai certainement la semaine prochaine ( vers le 23 juin), en route vers Goose Bay, Red Bay, Blanc Sablon… Un ‘trip’ de radioamateur en solo dans sa camionnette.
    Jean-Pierre

    • Le camping et le lac Barbel ne sont pas annoncés mais c’ est facile à trouver. Quand tu arrives à Gagnon, tu vas voir des anciens trottoirs et des trerre-plein .Ralenti et surveille à ta gauche, tu vas apercevoir une vaste étendue de sable qui peut ressembler à un stationnement, le camping se trouve juste au pied sur le bord du lac .Sois vgilant, il y a un très court et petit chemin qui descend ,si ma mémoire est bonne ,l’entrée se trouve à la fin du premier terre-plein. De toute façon, tu peux pas le manquer, il y a 3 roulottes qui s’y trouvent, ça appartient à des gars de Fermont ,qui ne sont jamais là. Pis ,si tu passes tout droit ,c’est pas grave, car au moment que tu ne vois plus de trottoirs ,reviens sur tes pas
      Il se pourrait que j’y sois , donc je laisserai ma voiture sur le bord de la route ,une petite accent grise foncée. Bonne route Hélène

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s