Ma demeure, tout un coffret de route…

Ma Demeure

Cette fois c’est tout un coffret qui m’accompagnera sur la route dès le printemps prochain. Un autre de mes vieux-potes-en-chansons, Richard Séguin, vient de faire paraître une magnifique anthologie, Ma demeure.   Ce superbe coffret contient 50 de ses plus belles chansons sur trois CDs, un DVD où l’on retrouve l’intégral du concert De colère et d’espoir présenté aux Francofolies de Montréal en 2012 et quelques extras qui nous font découvrir la genèse de son dernier album original, Appalaches, et en bonus une plaquette biographique qui raconte et illustre avec beaucoup de photos les moments clés de sa carrière.  Très bel objet, ce coffret que je me suis auto-offert en cadeau!

Quarante années de carrière, ça correspond aussi à l’essentiel de ma vie de jeune adulte jusqu’à maintenant, et en parcourant ce coffret, je me suis souvenu de quelques moments passés de ma propre vie qu’a accompagné l’oeuvre de cet artiste…

Mille neuf cent soixante-neuf, j’ai eu 14 ans à l’été et un premier emploi d’été.  À l’automne de cette année-là, j’ai utilisé mes quelques économies pour inviter ma mère à un spectacle des Cyniques au Palais Montcalm.  En première partie, il y avait un jeune groupe musical inconnu pour nous qui s’appelait La Nouvelle Frontière et dont deux des membres étaient Richard et Marie-Claire Séguin.  Ce fut ma première croisée de chemin avec les Séguin.

Durant l’effervescence des années ’70, il était impossible de ne pas s’identifier à ce duo sympathique qui reflétait tellement bien les valeurs de l’époque qui s’exprimaient autour de groupes comme Beau Dommage, Harmonium et Les Séguin.  J’ai bien dû user deux disques vinyles de leur album culte Récolte de rêves.

Après l’éphémère duo avec Serge Fiori, Richard Séguin poursuivit sa carrière en solo et plusieurs de ses chansons ont continué à marquer le temps au fil de ma vie comme Journée d’Amérique, Double vie, Ici comme ailleurs, L’ange vagabond.  Puis est arrivé au début des années ’90 ce que je considère comme une de ses plus marquantes chansons pour moi, Sous les cheminées.  En 1992, j’étais en plein coeur de ma paternité avec mon fils qui venait d’avoir 2 ans et ma fille 6 ans.  Comme les premières années de la parentalité sont assez prenantes, je sortais moins et écoutais aussi moins de musique à cette époque.  À un moment donné, on a vraiment eu besoin de se faire plaisir et on est allé à la salle Albert-Rousseau voir et entendre son spectacle dans le cadre de sa tournée Aux portes du matin.  Ce fut littéralement un choc.  Je me souviens très bien à quel point j’avais été submergé d’émotions tout au long de ce magnifique spectacle qui avait d’ailleurs été couronné spectacle de l’année à l’ADISC cette année là.  J’avais redécouvert un artiste qui avait encore une fois su toucher profondément ma sensibilité.  Je l’en remercie encore.

Depuis, je n’ai pas toujours été de ses rendez-vous, mais quand j’ai vu dernièrement sur ARTV le spectacle aux Francofolies, cela a réveillé tant de souvenirs que j’ai couru acheter ce coffret que j’écoute et regarde en boucle depuis deux semaines.  J’ai même extrait les chansons du DVD afin de pouvoir l’écouter dans mon char et dans mon west l’été prochain.  L’interprétation à trois guitares est tout simplement époustouflante!

Alors je ne peux que vous le recommander chaudement si vous avez envie de retourner dans vos souvenirs à travers les plus belles chansons de ce vieux troubadour.

Hélas, j’ai tout de même quelques bémols à exprimer sur le coffret.  Je suis un peu déçu de ne pas y avoir trouvé les paroles des chansons et qu’il n’y ait pas non plus de légendes sous les photos.  Ma plus grosse déception est le fait qu’on n’ait pas produit un Blu-Ray plutôt qu’un DVD qui n’offre pas la qualité HD que j’avais appréciée à ARTV et c’est bien dommage!

Pis tiens donc, gâtez-vous un peu grâce à YouTube :

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Ma demeure, tout un coffret de route…

  1. Nous avons assisté a ce spectacle donné au Théâtre du Vieux Terrebonne l’année derniere. La même douceur revendicatrice. Un paradoxe chantant. Une inspiration pour qui cherche les moyens de la lutte efficace qui sait rester humaine. En quelque sorte, une manière de Mandela musical.

    J’avais eu le bonheur de découvrir en 68, sur une scène de mon école secondaire, le couple gémellaire débutant. Marie-Claire dominait alors la scène, de sa voix céleste et de sa présence déjà annonciatrice de sa vision de libération des femmes et des Hommes. Sa présence à notre auteur-artisan, comme il plaît à se définir lui-même, était toute timérée et feutrée. Annonciatrice du meilleur. Puisque les humbles témoignent de leur ouverture sur les autres. Tous les autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s