Chez Colville…

Comme on le dit d’un lieu qu’on visite ou qu’on habite, ici plutôt, comme une œuvre qui nous habite. Parce que l’œuvre de Colville en est une si riche par ses qualités esthétiques, et riche de sens aussi qu’elle nous habite encore longtemps après l’avoir visitée.

art01

J’ai mis en entête l’image iconique de l’œuvre de Colville, tellement que c’est aussi celle qui a été retenue pour annoncer l’exposition. Probablement son œuvre la plus connue et la plus populaire aussi, mais nullement la moins intéressante, «La femme voit, l’homme non» comme Colville le disait lui-même de son tableau.  Cette immense paire de jumelles qui nous regardent droit dans les yeux représente sans doute aussi le regard que Colville porte sur nous, sur le monde qui l’entoure et dont l’œuvre entière nous renvoie une interprétation complexe et profonde.

Colville-Ottawa-07-15---1

La popularité de cet artiste canadien est telle qu’on a qu’à rechercher Alex Colville dans Google Images pour voir à peu près toute son œuvre sur le web.

J’ai plutôt choisi un autre tableau de Colville pour illustrer mon propos sur ce maitre du réalisme moderne.

Colville-Ottawa-07-15---5

Je crois bien que Refrigirator, est mon tableau préféré de Colville (du moins pour le moment), parce que j’y trouve toutes les clés qui permettent d’aborder son œuvre et représente ainsi très bien pourquoi je l’apprécie.

– D’emblée, sa sensualité dans la nudité des personnages, et l’audace de ce nu masculin.

– Rhoda, sa muse, son épouse, son amour durant soixante-dix ans qui habite son œuvre et sa vie.

– La lumière, et ses zones sombres, comme reflets esthétiques de ses états intérieurs.

– La présence des chats qui rappelle l’importance des animaux pour Colville, comme dans nombre de ses tableaux.

– L’anecdote bien sûr qui, comme dans toute l’œuvre de Colville, stimule l’imagination du regardeur qui peut (et doit) imaginer ce qui a précédé ou qui va suivre ce «moment» intime du couple représenté. C’est là tout le paradoxe de son œuvre, l’ambivalence entre le réalisme et l’imaginaire.

En fait, les toiles de Colville sont plus évocatrices que réalistes. Même s’il utilise une technique proche des hyperréalistes, son œuvre est le fruit d’une démarche réfléchie.  Ses tableaux qui montrent des scènes inspirées de la réalité donnant une impression d’instantanéité, sont en fait des scènes minutieusement et même mathématiquement «mises en scènes», inventées, des situations réalisées plutôt que représentées.  Cela en fait une œuvre provocatrice d’émotions reliées autant à l’anecdote qu’à l’esthétisme, comme devant une œuvre abstraite.

D’ailleurs, Colville a produit l’essentiel de son œuvre figurative, sinon précurseure de l’hyperréalisme, pendant que l’abstraction occupait presque tout l’espace de la création artistique de son époque.  En cela il me rappelle Jean-Paul Lemieux au Québec et l’Américain Edward Hopper, un peu avant lui. Cela aussi rapproche, et éloigne tout autant, l’œuvre de Colville de la photographie. La photo capte la réalité dans l’instant, comme chez  Henri Cartier-Bresson, Willy Ronis et bien d’autres de ses contemporains. Tandis que Colville recompose la réalité d’un instant réinventé.

«En tant que bon réaliste, je devais réinventer le monde» Alex Colville

J’ai aussi été très étonné d’apprendre par cette exposition, dans la section nommée Echoes, l’influence que l’œuvre de Colville a eu chez d’autres créateurs comme Stanley Kubrick, Wes Anderson et les frères Coen au cinéma, et sur Alice Munro en littérature, sans compter nombre de ses anciens étudiants qui en portent tous un héritage certain.

Enfin, j’ai vraiment beaucoup aimé cette exposition riche de découvertes sur cet immense artiste qui est à mes yeux, indispensable à la compréhension de l’âme humaine.

Quelques photos que j’en ai retenues.

Publicités

2 réflexions sur “Chez Colville…

  1. Ça me rappelle la première fois que j’ai vu une œuvre de Colville: c’était au MAC de Montréal (à l’époque où il se trouvait à la Cité du Havre). Tu as raison, la façon dont Colville appréhende le monde et la transcription picturale de sa vision sont absolument uniques, et ses œuvres restent gravées dans nos mémoires.

    • Et cette exposition nous rempli complètement et pour un bon bout de temps, de son univers fascinant. Il reste un mois pour en profiter. Pour ma part, je me suis aussi offert le catalogue, pour pouvoir y revenir de temps en temps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s