Entre la mer et la route…

long key-26

 

Entre la mer et la route, c’est la métaphore paradoxale par excellence de ce voyage qui est essentiellement un road trip, mais dont parfois, l’appel de la mer est plus fort que l’appel de la route.  C’est alors que je m’arrête un peu pour prendre le temps de regarder l’horizon à venir.

Entre la mer et la route, ici à Long Key State Park, c’est exactement là que je me trouve.  Il y a la mer à 25’ à peine du camion.  Le hayon ouvert sur le vent du large laisse entendre par moment le bruissement doux du clapotis de la marée puisqu’il n’y a pas vraiment de vagues ici.  Et puis, il y a la route de l’autre côté du petit chemin du camping, beaucoup trop près, avec à peine 100’ entre nous.  C’est d’ailleurs justement cette proximité fâcheuse avec la route qui gâche le plaisir que procure cette proximité exceptionnelle avec la mer.  Le fond sonore s’en trouve complètement dominé par le vrombissement des véhicules qui circulent sur la route 1.  Ce qui me retient, ce sont les moments d’accalmie qui permettent de gouter ce lieu tout de même extraordinaire pour camper si près de la mer.

long key-24

Entre la mer et la route, mon cœur balance.  Autant j’aime la route et les découvertes qu’elle me permet, autant ici elle me dérange et aujourd’hui, entre les deux je choisirais bien la mer.  D’ailleurs je pense que la seule véritable alternative au westfalia, comme véhicule pour voyager différemment, c’est le bateau!  Plus surement encore, un voilier qui peut se mouvoir en silence sans bruler de pétrole.

Entre… C’est l’ambigüité de vouloir être ici et ailleurs tout à la fois.  Ce désir qui m’habite de vouloir voir du paysage en parcourant les routes au volant de mon petit cocon mobile.

Et c’est aussi l’ambivalence entre deux conditions, deux états d’âme qui s’attirent et se repoussent, bousculant mon bonheur solitaire par mon ennuyance d’être avec mon amoureuse.

Finalement, c’est au très beau film de 1968, réalisé par Michel Brault, Entre la mer et l’eau douce, que j’ai emprunté le titre de mon article.  Il raconte une histoire d’amour et aussi l’histoire d’un passage entre le passé et l’avenir, sur le fil de l’eau en remontant le fleuve Saint-Laurent, jusqu’à Montréal et jusqu’à demain…  Cliquez ici pour voir des extraits du film et entendre un petit bout de la superbe chanson de Claude Gauthier.

Key Largo, enfin arrivé quelque part…

Tout d’abord, la chanson du jour, avec le charmant accent de Stacey Kent :

Après avoir parcouru plus de 2000 miles depuis Québec, c’est le sentiment que je ressens depuis que je suis arrivé dans la région de Key Largo qui est comme l’entrée des keys.

J’ai pris tout mon temps pour m’installer pour quelques jours au Pennekamp State Park et j’ai découvert un super beau parc avec plein de possibilités pour y faire du kayak et de la plongée en apnée, je n’ai jamais fait ni l’un ni l’autre.  Cependant, je crois bien faire une expédition sur un plus gros catamaran qui nous emmène pendant 2h 30min au-dessus des récifs de corail.

À Key Largo, je campe un peu dans la forêt d’où je ne vois pas directement la mer.  Cependant, tout près dans le parc, il y a des canaux d’iles qui conduisent à la mer.

key largo-1

Hier, j’ai fait un petit tour à vélo dans Key Largo, mais il n’y a pas grand-chose à voir de ce côté, sinon parcourir les petites rues de part et d’autre de la route 1, parce qu’il n’y a pas vraiment de centre-ville, genre old town, à visiter.

J’ai quand même apprécié voir au long de ces petites rues, ces maisons très disparates, de toutes les couleurs et conditions. Ce qui est particulier pour certaines parties, c’est de voir que ce qu’on appellerait ruelles chez nous sont en fait des canaux qui conduisent à la mer et où les résidants accostent leur embarcation juste derrière leur maison (comme vous pouvez bien le voir sur Google Maps). Ce qui me plait aussi, c’est qu’il n’y a pas que des palaces ici.

Pour mercredi, j’ai pu réserver sur Reserv America une place pour deux jours au Long Key State Park.  Ce dernier est situé à peu près au milieu de la route des keys.  C’est le plus près de Key West que j’ai pu obtenir.  Ça ne me tente vraiment pas de gâcher mon plaisir ici dans un mauvais squat.  Alors j’irai à Key West de là, en west avec mon vélo dans le derrière.  Selon ce que j’ai pu voir sur le site de réservation, ce camping a une vue ouverte sur la mer.  Selon un autre westeux du Michigan qui campe ici et à qui j’ai parlé, la vue est magnifique.  J’ai hâte voir ça.

Key Largo et Humphray Bogart sont liés par le film noir éponyme de 1948 qui a sans doute contribué à la renommée de cette toute petite bourgade.  D’où l’existence du Humprey Bogart Film Festival, du nom de la mythique star du cinéma qui se tiendra en mai prochain.