Tiens, ma charte…

Tout l’automne, j’ai lu, écouté, réfléchi autour du débat sur la charte.  Les cheveux m’ont souvent dressé sur la tête en voyant toute la mauvaise foi exprimée principalement à cause des histoires de fois, justement.  Résultat, ben moi aussi j’ai une proposition.  Comme je ne suis pas particulièrement savant, elle sera surement jugée trop simplette par les grands fendeurs de cheveux en quatre qui ont exprimé leurs positions sur toutes les tribunes et surtout contre le projet du gouvernement Marois .  Tant pis, je l’exprime pareil!

CHARTE POUR L’ÉGALITÉ

 Article UN :

L’État du Québec prône l’égalité absolue entre les hommes et les femmes.

Article DEUX :

Afin d’assurer la neutralité totale de l’État devant tous les citoyens, toutes actions, manifestations, expressions verbales, matérielles, vestimentaires qui contreviennent à l’Article UN, que ce soit pour des raisons idéologiques, économiques, politiques, philosophiques, religieuses, culturelles, spirituelles, historiques, sociologiques sont proscrites et sans appel, dans l’exercice de toutes les activités relevant de l’État, et ce dans toutes ses ramifications statutaires et financières.

Article TROIS :

Vous pouvez remplacer hommes et femmes par toutes les races, orientations sexuelles, apparences corporelles, conditions physiques, statuts économiques et toutes autres conditions humaines ne résultant pas d’un choix, mais d’un état de fait obligé.

Article QUATRE :

Ce qui se passe dans la chambre à coucher de citoyens majeurs et consentants ne regarde pas l’État.

Rouge…

Je suis ROUGE de colère face au mépris de la démocratie que ce gouvernement pratique dans la crise sociale qui gangrène le Québec actuellement.  Au point où nous en sommes rendus, il ne s’agit même plus de hausse de frais de scolarité, il s’agit plutôt de juger et de condamner l’exercice abusif du pouvoir que ce gouvernement libéral conservateur (comme son chef l’a toujours été) impose à la société québécoise.  Enfermé dans un discours outrageusement démagogique, ce gouvernement s’entête à vouloir imposer une solution UNANIMEMENT rejetée par quiconque n’est pas aveuglé par le fanatisme de l’idéologie libérale conservatrice.  Je me demande franchement quelle est la valeur de la démocratie si cela conduit à cette forme de gouvernance qui s’apparente bien plus à la dictature.  On a beau avoir une majorité de sièges, mais quand une majorité de prises de parole publiques désapprouvent l’intention d’imposer à coup de matraque politique une loi spéciale provocatrice, la véritable démocratie devrait dicter à ses mandataires une retenue totale.  Dans un système électoral comme le nôtre qui donne le pouvoir à un parti élu par 24% de l’électorat, aucun gouvernement ne peut prétendre détenir un pouvoir absolu.  Il n’y a pas que dans le cadre d’une élection que la population peut légitiment faire valoir son opposition.  D’ailleurs cela s’est déjà vu dans le passé récent (Orford, Beauharnois, etc.)  Quel est le fondement de cet entêtement envers les étudiants si ce n’est qu’une forme de totalitarisme masqué?

Au rythme où vont les choses, les coûts sociaux de cette crise feront complètement disparaître les pseudo économies prétendues que devraient générer cette fameuse hausse de frais de scolarité.  Par exemple, j’aimerais bien voir la facture de temps supplémentaires de tous ces policiers casqués qui cassent la gueule de notre jeunesse.  Ils sont en train de tous s’offrir un beau bonus pour 2012.  Et ce n’est qu’un exemple dans tout ce dérapage.  J’aimerais bien voir un comptable faire le bilan de tout ce que le gouvernement dépense pour faire régner l’ordre, ainsi que tous les coûts indirects que cela engendre.

Ce gouvernent n’est plus digne de gouverner au nom de la majorité!